Un nouveau packaging à la hauteur de nos ambitions

Un-packaging-à-la-hauteur-de-nos-ambitions-

Qui dit achat en ligne dit packaging pour protéger le produit lors de son envoi jusqu’à son destinataire final. Sa fonction est essentielle mais son usage est bien souvent unique. Aussitôt consommé, aussitôt jeté.

Le packaging d’un produit représente une part non-négligeable de son empreinte carbone selon sa provenance, sa matière, ses dimensions et la seconde vie qui lui est attribué

Nous nous devions d’y réfléchir pour proposer un packaging à la hauteur de notre produit et des valeurs de la marque.
.

1. L’évolution de notre packaging et ses limites

En 4 ans, le packaging Coureur Du Dimanche a beaucoup évolué. Au commencement, chaque produit était enveloppé dans un papier soie délicatement posé dans un coffret cadeau cartonné, qui faisait son effet à chaque commande.

La valeur perçue était positive mais le bilan négatif :

  • Emballer l’emballage ??
    Un packaging décoratif type coffret c’est beau mais cela nécessite un autre emballage pour protéger ce coffret et éviter d’être reçu tout écorné ou percé. Nous en étions donc à emballer l’emballage, une hérésie écologique ! Idem pour le papier soie, aussi fin soit-il, c’est du papier supplémentaire loin d’être indispensable, qui finit à la poubelle aussitôt le coffre ouvert.
    Nous devions donc aller à l’essentiel et réfléchir à un packaging simple sans superflus.
  • L’importance du choix des matières
    Notre second packaging correspondant à l’enveloppe plastifiée n’était pas approprié non plus. Un plastique superflu et nuisible lorsqu’on se bat désormais pour limiter sa production tout en recyclant les bouteilles plastiques pour en faire de maillots de sport ? Cela relevait de la schizophrénie.
    Quant au coffret cartonné, son film plastique d’impression recouvrant le coffret et donnant l’aspect brillant en faisait un packaging difficilement recyclable. Aussi, mis à part pour stocker des photos ou du courrier, le coffret était bien souvent jeté directement après réception du produit.
    La seconde vie du packaging était donc à retravailler.

Evolution-des-différents-packagings

De gauche à droite, l’évolution de nos packagings :
le coffret cartonnée, l’enveloppe plastifiée, l’enveloppe cartonnée

.
2. Made in France, recyclé, recyclable

Nous avons donc fait le choix d’une enveloppe en carton recyclée et recyclable.

Le choix de la matière s’est porté sur un carton de par ses avantages : recyclable, non-fragile, léger et donc par conséquent moins couteux à l’envoi par rapport à d’autres matériaux

Le carton est d’origine naturelle donc facilement recyclable. Cela règle donc la question de la seconde vie. Une fois jeté et recyclé, l’enveloppe deviendra une nouvelle enveloppe recyclée n’ayant pas nécessité de nouvelles ressources pour être produite.

Nouveau packaging Coureur Du Dimanche

Détails-du-nouveau-packaging-Coureur-Du-Dimanche

À gauche, une carte expliquant la démarche glissée à l’intérieur de chaque packaging
À droite, le coup de tampon officiel Coureur Du Dimanche 😉 

.

3. À améliorer à l’avenir ?

Cette solution de packaging permet de limiter l’empreinte carbone de notre produit, c’est un fait. Cependant, nous sommes également conscients des faiblesses d’un tel packaging comme sa matière cartonnée qui en fait un packaging peu résistant à l’eau, mais aussi parce que d’autres alternatives peuvent exister et qui méritent encore réflexion et adaptation.

Aussi recyclée et recyclable soit elle, l’enveloppe cartonnée reste un packaging à usage unique qui nécessite de l’énergie pour être produit pour une durée de vie de quelques heures. Nous pouvons demain imaginer ne plus avoir à produire de packaging :

  • En réutilisant des packagings d’autres marques/produits : utiliser des vieux cartons pour envoyer nos produits vous dérangerait-il ?
  • Proposer un packaging durable comme une sacoche qui serait à renvoyer à l’entreprise, une fois le produit reçu. Un telle solution aurait néanmoins un coût lié au transport pour nous retourner le packaging et la question de qui le prend en charge se pose. L’entreprise ou le client ? Les deux ? De plus, comment s’assurer du renvoi du packaging ? En appliquant un système de caution à la commande ? Des exemples existent déjà comme Repack mais des questions restent à éclaircir, des réflexions à avoir, des tests à réaliser.

À suivre…

by Mathieu

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *